• EN
    1000 Jours : Repenser les soins mère-enfant

    1000 Jours : Repenser les soins mère-enfant

    18-07-2017 Niger Malnutrition
    DAKAR, le 18 juillet 2017 – Zayatou Malam Hassan, âgée de trente ans, affirme avoir « souffert énormément » lors de sept grossesses compliquées, dont l'une a donné lieu à l’accouchement d’un mort-né chez elle, avant de s'inscrire au programme 1000 Jours d'ALIMA, un programme qui revisite la conception des soins mère-enfant en offrant un ensemble gratuit et complet de soins pré et postnataux aux femmes enceintes et à leurs enfants, jusqu'à l'âge de deux ans.
    Une bonne nutrition, un accès aux soins de santé gratuits et aux vaccinations au cours des 1 000 premiers jours de vie sont des conditions vitales pour assurer un développement physique et cognitif approprié. Une mauvaise nutrition et des infections récurrentes pendant ce temps peuvent entraîner un retard de croissance irréparable et réduire la performance à l'école et au travail, en plus d'augmenter le risque de mort prématurée d'un enfant.


    « Je n'ose même pas y repenser, c'est tellement douloureux », a déclaré la maman, originaire de Boulbaram, au Niger, en se souvenant de ses expériences passées lorsqu’elle était enceinte. « Actuellement, je passe de très bons moments. J'ai effectué des visites six fois avant la naissance de mon bébé, et on m'a procuré des analyses de sang, des médicaments et une moustiquaire ».


    Après la naissance de son fils, elle a reçu une série complète de vaccinations de routine, telle que des vaccins contre la poliomyélite, la tuberculose et la diphtérie, ce que Zayatou ne pouvait pas se permettre de payer avec ses premiers enfants. Aujourd'hui, dit-elle, son fils est en « excellente forme ».


    Mais tous les enfants ne sont pas si chanceux. L'Afrique subsaharienne présente les taux les plus élevés de mortalité infantile et de malnutrition infantile dans le monde. Selon l’UNICEF, près de la moitié de tous les décès chez les enfants de moins de cinq ans sont attribuables à la dénutrition. Au Niger, dans les régions où œuvre ALIMA, plus de la moitié des enfants sont en retard de croissance en raison du manque d'accès à une nutrition adéquate et la plupart des enfants souffrent d'émaciation avant d’atteindre l'âge de deux ans.


    « Il fallait voyager jusqu’à 18 km [aller-retour] à pied, pour se faire soigner au centre de santé ambulatoire à Guirari", a expliqué Gambo Lima Idi, une mère de cinq enfants âgée de 32 ans et originaire de Fouroumi au Niger. « Et même si vous y alliez, souvent les soins n'étaient pas abordables car tout devait être payé ».


    Gambo dit qu'elle et les autres femmes de son village ne cherchaient à bénéficier de soins de santé que lorsqu'elles n'avaient pas d'autres choix. Elles avaient toutes l'habitude d'accoucher à domicile.


    Mais maintenant, grâce au programme 1000 Jours, les choses sont devenues plus faciles.


    « Nous organisons les centres de santé à travers un système de guichets uniques », a déclaré Dr Susan Shepherd, pédiatre d’ALIMA. « A chaque fois qu'une mère amène son enfant, ce dernier est examiné pour le dépistage de la malnutrition, son dossier de vaccination est contrôlé et mis à jour si nécessaire, et une infirmière est disponible pour diagnostiquer et traiter les infections. Les enfants de six à 23 mois reçoivent également une petite quantité de supplément alimentaire pour les empêcher de perdre du poids et de devenir émacié ».


    Si l'enfant est malade, il reçoit une ration thérapeutique d'un supplément nutritif pour l'aider à retrouver le poids perdu sur une période de 4-6 semaines. Si la mère est enceinte, elle peut recevoir des soins prénataux lors de la même visite que son enfant.


    « Nous essayons de faciliter la vie des mamans en réduisant le nombre de rendez-vous au centre de santé », explique Dr. Shepherd.


    Depuis le lancement du programme au Niger, les agents de santé locaux disent que les indicateurs de santé s'améliorent.


    « Avec le projet 1000 Jours, les indicateurs de santé mère-enfant dans mon secteur se sont considérablement améliorés et le nombre d'enfants sous-alimentés admis dans le programme a considérablement diminué», a déclaré Abdoulrazak Souley, l'infirmier responsable du centre de santé de Guirari.


    Gambo, qui s'était inscrite au programme 1000 Jours en avril 2015, dit que les progrès sont évidents.


    « Je n'ai pas souffert de maladies avec Ibrahim comme j'ai souffert avec mes autres enfants », a-t-elle déclaré, en expliquant que les vaccins de son bébé de 17 mois sont tous à jour. « Il n'a eu aucun épisode de diarrhée et j'ai été agréablement surprise ... Il ne montre aucun signe de malnutrition à ce jour, même si un de ses frères, qui n'a pas profité du programme, souffre de malnutrition...Ce projet sauve nos enfants ».


    Les femmes inscrites au programme participent également à des discussions sur la prévention des maladies telles que la diarrhée, sur l'importance de l'allaitement maternel et sur l'offre de services de planification familiale au centre de santé.


    Le programme 1000 Jours est en cours au Niger et vient d'être lancé au Tchad. En 2016, il y avait 39 165 enfants au Niger âgés entre zéro et 23 mois qui ont bénéficié du programme 1000 Jours. Plus de 21 000 mères devraient bénéficier de consultations prénatales en 2017 au Niger et au Tchad.



    Photo : Sylvain Cherkaoui / COSMOS / ALIMA

    Partager cette page