• EN
    9 choses à savoir sur Ebola

    9 choses à savoir sur Ebola

    18-05-2017 Ebola RDC
    L’épidémie d’Ebola frappe la province du Bas-Uélé en République Démocratique du Congo. Entre le 12 mai et le 18 mai 2017, le Ministère de la santé a signalé deux cas confirmé, au moins 20 cas suspects et trois décès. Quelles sont les connaissances sur Ebola aujourd’hui?

    1. La maladie Ebola est de la famille des filovirus. Après une période d’incubation oscillant entre 2 à 21 jours, le malade peut présenter des symptômes tels qu’une fièvre sévère, des maux de tête, des douleurs musculaires, des vomissements, des diarrhées, et dans certains cas, des hémorragies internes et externes. La maladie à virus Ebola est contagieuse. Elle se transmet d’humain à humain par contact avec des liquides biologiques ou des sécrétions de patients infectés : vomi, sang, salive, sperme.   


    2. Le virus Ebola se transmet à l’humain au contact des animaux sauvages infectés. Les premières contaminations animal-homme proviennent majoritairement de contacts avec des chauves-souris et des singes. En période d’épidémie, il est fortement déconseillé de manipuler ou de manger de la viande de brousse. 


    3. Le taux de mortalité moyen est d’environ 50%. Le taux de mortalité varie entre 25% et 90%, selon la souche.


    4. Le traitement symptomatique contre la maladie à virus Ebola améliore les chances de survie. Les soins de soutien tels que la réhydratation, les transfusions sanguines et les dialyses rénales font partie des traitements pour aider les malades à survivre à Ebola.  

    Des traitements potentiels, y compris des produits sanguins, des thérapies immunitaires et des traitements médicamenteux sont en cours d’évaluation.


    5. Un vaccin expérimental anti-Ebola (rVSV-ZEBOV) a été jugé 100% protecteur contre le virus mortel lors d'un essai impliquant plus de 11000 personnes en Guinée en 2015. C'est la première fois qu'un vaccin a été testé au cours d'une épidémie d'Ebola.


    6. Des mesures sont nécessaires au plus vite pour juguler les flambées. Pour être efficace, la riposte repose sur une série de mesures: la prise en charge des cas, les mesures de prévention des infections, surveillance et recherche des personnes contacts, des services de laboratoire de qualité, des enterrements sécurisés et la mobilisation sociale.


    7. Les populations doivent renforcer les mesures de protection individuelle. Les populations locales et les personnels de santé doivent respecter des mesures d’hygiène strictes : se laver les mains régulièrement, éviter tout contact direct ou rapproché avec les cas suspects, porter des gants et un équipement de protection pour s’occuper des malades, et ne pas toucher les corps des défunts, notamment.  


    8. Le virus Ebola est apparu pour la première fois en RDC en 1976. Au cours de cette année, deux flambées simultanées sont apparues à Nzara, dans l’actuel Soudan du Sud, et à Yambuku, dans la province de Mongala en RDC. Yambuku est situé près de la rivière Ebola, qui a donné son nom à la maladie.  


    9. La RDC connaît sa huitième flambée d’Ebola depuis 1976. La dernière remonte à 2014, dans la province de l’Equateur, au nord-ouest du pays. La flambée avait fait officiellement 49 morts. A noter que la province du Haut-Uélé, frontalière du Bas-Uélé, a été frappée par une épidémie en 2012. Concentrée dans la zone de santé d’Isiro, elle avait touché 62 cas suspects dont 34 décès.  


    Partager cette page