Share this pageShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedIn

Suivez nos équipes sur le terrain

22764

ENFANTS SOUFFRANT DE MALNUTRITION SOIGNÉS

118437

PATIENTS TRAITÉS CONTRE LE PALUDISME

16596

HOSPITALISATIONS

POPULATION

16,900,000
millions d’habitants

MORTALITÉ INFANTO-JUVÉNILE

102
décès pour 1000 enfants

MORTALITÉ MATERNELLE

587
décès pour 100 000 accouchements

CONTEXTE PAYS

La situation sécuritaire dans les régions au nord du Mali reste instable. Depuis 2012, des affrontements entre groupes armés ont provoqué des déplacements de populations à l’intérieur du Mali et vers les pays voisins.

L’accès aux soins reste limité en raison du manque de ressources humaines, matérielles et financières des structures de santé.

Le paludisme est une des premières causes de mortalité. Selon l’Organisation Mondiale de la Santé, 90% de la population malienne vit dans une zone de haute transmission. Le pays est également marqué par une forte prévalence de la malnutrition. En 2015, on enregistrait un taux de malnutrition globale de 12,4%, de malnutrition aiguë modérée de 9,6% et de malnutrition aiguë sévère de 2,8%.

NOS PARTENAIRES

Depuis 2011, ALIMA travaille aux côtés de l’Alliance Médicale Contre le Paludisme (AMCP), une ONG malienne dont le but est d’améliorer l’accessibilité aux soins de santé et de réduire la mortalité liée au paludisme.

Opérations

Dans les districts sanitaires de Diré et Goundam, aux alentours de la capitale Tombouctou, ALIMA et l’AMCP appuient 33 centres de santé communautaires et 2 centres de santé de référence, y compris un bloc opératoire, afin d’assurer un accès gratuit aux soins. Dans le district de Goundam, les équipes médicales se déplacent en clinique mobile afin de dispenser des soins et distribuer de l’eau potable aux populations déplacées.

En 2015, près de 170 000 consultations, 5 000 hospitalisations, 3 600 accouchements et 522 interventions chirurgicales ont été enregistrées dans la région de Tombouctou.

Dans la région de Koulikoro, ALIMA et ses partenaires mettent tout en œuvre pour réduire la mortalité infantile liée aux pathologies les plus meurtrières telles que le paludisme, les infections respiratoires aiguës, la diarrhée et la malnutrition. Les équipes soutiennent également 111 centres de santé communautaires et 6 centres de santé de référence.

Des campagnes de chimioprévention du paludisme saisonnier (CPS) ont été organisées durant la saison des pluies afin de prévenir l’apparition de cas de paludisme. L’Organisation Mondiale de la Santé a démontré qu’administrer un traitement antipaludique à intervalles mensuelles pendant cette période protégerait à 75% les enfants de moins de 5 ans contre le paludisme non-compliqué et sévère. Près de 88 000 patients souffrant de paludisme, dont 6 000 hospitalisés, ont été pris en charge.

Au sud du Mali, à Dioïla, ALIMA a également ouvert une école URENI (Unité de Réhabilitation Nutritionnelle Intensive) afin de former le personnel de santé malien. Ils apprennent à dépister et à prendre en charge la malnutrition aiguë sévère avec complications. Ce projet a permis de former 276 infirmiers et médecins.