Share this pageShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedIn

Suivez nos équipes sur le terrain

47726

PATIENTS SOIGNÉS POUR PALUDISME

4399

PATIENTS SOIGNÉS POUR ROUGEOLE

287100

ENFANTS VACCINÉS CONTRE LA ROUGEOLE

POPULATION

79,000,000
millions d’habitants
dont 1,5 millions de déplacés internes (2015)

MORTALITÉ INFANTO-JUVÉNILE

71
décès pour 1000 naissances

MORTALITÉ MATERNELLE

693
décès pour 100 000 naissances

CONTEXTE PAYS

La République Démocratique du Congo, deuxième plus grand pays d’Afrique, connaît une situation humanitaire et sanitaire critique depuis de nombreuses années. Riche en ressources naturelles, la RDC est le théâtre de conflits depuis le début des années 90 entraînant d’importants mouvements de population, une destruction des infrastructures de santé et des services publics. Les flambées épidémiques de choléra, rougeole et paludisme sont récurrentes dans le pays. Les besoins médicaux y sont énormes et le taux de mortalité infantile du pays est l’un des plus élevés au monde.

Opérations

ALIMA dans la province du Katanga depuis fin 2013 pour lutter contre les épidémies. Une équipe de réponse aux urgences et Wash, nommée « RUSH » répond aux urgences médicales liées aux épidémies et déplacements de population et veille à améliorer les conditions d’hygiène et d’accès à l’eau.  Elle assure aussi une surveillance épidémiologique sur 23 zones de santé au Katanga afin de détecter  les épidémies. En cas d’urgence, elle est capable de se déployer en 72h afin de  mener une mission d’exploration pour évaluer les besoins et répondre à une épidémie. Entre 2013 et 2015, le RUSH a mené 18 investigations sur 56 alertes et lancé 10 interventions.

Au cours de la même année, ALIMA a répondu à l’épidémie de rougeole déclarée dans presque toute la province du Katanga. Avec plus de 20 000 malades et 300 morts officiellement notifiés en 2015, cette épidémie de rougeole a été la plus importante depuis 2011. La rougeole est l’un des plus grands risques sanitaires de la région. L’épidémie est particulièrement difficile à endiguer car le système  de santé reste défaillant, les  couvertures vaccinales étant très faibles. Par ailleurs, la rougeole peut aggraver l’état nutritionnel des enfants. A cela, s’ajoute le paludisme qui a une très forte incidence au Katanga et reste la première cause de mortalité dans le pays. En 2015, les équipes du RUSH ont soigné 47 726 personnes atteintes de paludisme.