• EN
    Niger : Des médecins assistent les nomades aux portes du désert

    Niger : Des médecins assistent les nomades aux portes du désert

    07-06-2017 Niger
    Dakar, le 07 Juin 2017 : Au nord du Niger, dans le département de Tchintabaraden, les équipes médicales d’ALIMA (The Alliance for International Medical Action) et de son partenaire nigérien BEFEN (Bien-Etre des Femmes et des Enfants au Niger) offrent des soins médicaux et chirurgicaux aux populations nomades.
    Une clinique mobile sillonne le département de Tchintabaraden dans la région de Tahoua pour procurer des consultations gratuites aux enfants de moins de cinq ans et aux femmes enceintes. L’offre de santé mobile est un concept né des réalités et besoins médicaux des populations nomades.

       

    « Beaucoup sont des éleveurs en perpétuel déplacement avec un accès limité voire inexistant aux soins médicaux. Nous nous sommes donc adaptés à ces réalités locales en créant des cliniques mobiles venant à la rencontre des populations et non l’inverse », explique Dr Aziz Abaradine Almoustapha, référent médical pour ALIMA/BEFEN.




    Almadinatou, 21 ans, a pu faire vacciner son fils Mohamed lors du passage de la clinique mobile.


    Elle apprécie la présence de relais communautaires dans les différents campements. Ceux-ci facilitent des consultations médicales par téléphone avec l’appui d’infirmiers et médecins qualifiés de Tchintabaraden. Lorsqu’il s’agit d’une pathologie simple, comme la diarrhée, les maux de tête ou infections oculaires simples, les relais communautaires suivent les indications de l’équipe médicale et délivrent des médicaments. En cas de pathologie compliquée, le patient est référé en ambulance vers l’hôpital le plus proche.


    « Avant, on devait emmener les enfants jusqu’à la ville de Tchintabaraden pour qu’ils soient soignés, mais maintenant, on n’a plus besoin. On va juste chez le relais communautaire, et on a ce qu’il faut », raconte Almadinatou.




    En parallèle aux activités de clinique mobile, les équipes médicales offrent également des soins chirurgicaux à l'hôpital de Tchintabaraden. « Avant notre arrivée, l'hôpital n'avait pas la capacité de prendre en charge les urgences chirurgicales car il n’y avait pas de chirurgiens qualifiés dans la zone et le bloc opératoire n’était pas fonctionnel », explique Dr Aziz Abaradine Almoustapha.


    Depuis décembre 2016, ALIMA et BEFEN ont réalisé plus de 600 actes chirurgicaux à l’hôpital de district de Tchintabaraden et d’Ingall. Les pathologies les plus fréquentes sont les hernies, les tumeurs bénignes (kystes et lipomes) et les cataractes. La chirurgie ophtalmique a permis d’éviter la cécité de plus de 300 personnes.


    Abdoulaye Chaibou, 69 ans, est l'un des patients ayant bénéficié d’une opération oculaire. Il souffrait d'une cataracte à l’œil droit.


    « J'arrive à voir de mon œil droit pour la première fois depuis plusieurs mois... C'est la première fois, en près de 70 ans d'existence, que nous avons bénéficié de ce type de traitement », raconte-il.


    Voir plus : [Photo-story] Soigner les populations nomades




    The Alliance For International Medical Action (ALIMA) est une organisation médicale humanitaire qui travaille main dans la main avec un réseau d'organisations médicales locales pour fournir des soins médicaux de qualité aux personnes les plus vulnérables lors de situations d'urgence et de crises récurrentes. ALIMA et ses partenaires effectuent des recherches de pointe pour améliorer la médecine humanitaire. 


    Basée à Dakar, au Sénégal, ALIMA a traité plus de 2 millions de patients dans 12 pays depuis sa création en 2009 et a lancé 10 projets de recherche axés sur la malnutrition, le paludisme, et le virus Ebola.


    Au Niger, ALIMA et son partenaire l'ONG nigérienne BEFEN collaborent avec les autorités sanitaires de Mirriah (région de Zinder) et Dakoro (région de Maradi) pour réduire la mortalité chez les enfants de moins de cinq ans. En 2016, les équipes médicales ont traité plus de 44 000 enfants souffrant de malnutrition aiguë sévère et 96 000 patients atteints de paludisme. Près de 150 000 mères ont été formées pour détecter la malnutrition chez leurs enfants en utilisant le modèle MUAC.


    En Août 2016, lors d'une épidémie de fièvre de la vallée du Rift, ALIMA a ouvert un centre de traitement de 40 lits et a aidé les autorités sanitaires locales à soigner près de 350 patients.




    Photos et vidéos : Mamadou Diop/ALIMA

    Partager cette page